frankenweenie__5_

- Quand on perd un être cher, il ne s'en va jamais tout à fait, il reste pour toujours quelque part dans ton coeur
- Mais je ne le veux pas dans mon coeur, je le veux ici à coté de moi.

Critiques_Cin_

frankenweenie__4_Synopsis : Après la mort soudaine de Sparky, son chien qu’il adorait, le jeune Victor se tourne vers le pouvoir de la science pour ramener à la vie celui qui était aussi son meilleur ami. Il lui apporte au passage quelques modifications de son cru… Victor va tenter de cacher sa création « faite main », mais quand Sparky s’échappe, les camarades de Victor, ses professeurs et la ville tout entière vont apprendre que vouloir mettre la vie en laisse peut avoir quelques monstrueuses conséquences…

J’aime bien Tim Burton surtout son coté décalé, macabre ainsi que son parcours. Donc quand j’ai appris qu’il était revenu au film d’animation et qu’en plus à l’un de ses touts premiers projets, j’ai sauté de joie. Et j’ai bien fait !
Frankenweenie est une vraie perle ! Tendre, gothique, marrant, poétique, bourré de références… et j’en passe !
Déjà l’histoire ne pouvait que me touché, un petit garçon veut faire revivre son chien décédé par accident. Il m’a tiré des larmes sans difficulté avec un sujet pareil ^^

frankenweenie__2_

Mais en dehors de cette trame, pleins d’autres sujets sont abordés et notamment la jeunesse de Burton lui-même. L’ouverture du film en est l’exemple même, un enfant solitaire qui fait des films dans une petite ville que l’on peut considérer comme étant Burbanks (ville ou Burton a grandit). Là où Burton est bon, c’est quand il parle des problèmes des enfants, eh oui certains enfants sont limites névrotiques, d’autres solitaires… et quand Burton retombe en enfance, il réussit à nous offrir une vraie poésie et une vraie compréhension de ce qu’est l’enfance. Une phrase résume parfaitement ce que ressent Burton (désolée ce n’est pas mot pour mot) : « Sometimes, adults don’t know what they’re talking about. » « Parfois les adultes ne savent pas de quoi ils parlent ».
J’ai aussi adoré l’animation, le noir et blanc rend un bel hommage à ces vieux films comme Dracula, Frankenstein … Mais les références ne s’arrêtent pas là. Burton, nous offre du Godzilla, de la momie, mais aussi des Gremlins…  et même un petit clin d’œil à Disney (malgré le passif, c’est quand même Disney qui distribue le film)

frankenweenie__3_

Les personnages sont attendrissants. Leurs yeux immenses et ronds, les rends presque obnubilant. Il y a également comme chez les 101 dalmatiens de Disney, une certaine ressemblance entre les personnages et leur animaux. Sparky est vraiment trognon, et on apprécie également Victor, mon dieu, que je peux imaginer sa tristesse lors de la perte de son chien.
Le personnage d’Edgar peut s’apparenter sans problème à Igor bossu également. Bref, le film est bourré de bonnes idées.
La poésie de certains plans est aussi impressionnante. La scène où Sparky va se coucher sur sa tombe est spécialement troublante et belle. La musique est également parfaite, rendant certaines scènes un peu plus terrifiantes et d’autres plus tendres.
Rien ne m’a déplu dans ce film, je l’ai trouvé magnifique, magique et terriblement attendrissant. Quand Sparky ressuscite s’est également tout le talent de Burton et j’irai même jusqu’à dire le Burton d’Edward aux mains d’argents qui renaît ! Un vrai plaisir à ne surtout pas boudé !!!

frankenweenie

Le + pour Didy : L’animation, la musique, les personnages, le coté sensible de Burton quand il parle de l’enfance, l’histoire, les références… en gros tout !

10sur10

04t069xh

Photos : Comme au cinéma
Didy