Critique_livre

" Cet attrait pour la lecture, songeait-elle, tenait au caractère altier et presque indifférent de la littérature. Les livres ne se souciaient pas de leurs lecteurs, ni même de savoir s'ils étaient lus. Tout le monde était égal devant eux, y compris elle. La littérature est une communauté, les lettres sont une république... ...Les livres ne varient pas. Tous les lecteurs sont égaux... ...La lecture... Il y avait en elle quelque chose d'anonyme, de partagé, de commun... ...Elle pouvait parcourir toutes ces pages, l'espace contenu entre les couvertures de tous ces livres, sans qu'on la reconnaisse "

 

9782207260128Résumé : Que se passerait-il outre-Manche si, par le plus grand des hasards, Sa Majesté la Reine se découvrait une passion pour la lecture ? Si, tout d'un coup, plus rien n'arrêtait son insatiable soif de livres, au point qu'elle en vienne à négliger ses engagements royaux ? C'est à cette drôle de fiction que nous invite Alan Bennett, le plus grinçant des comiques anglais. Henry James, les sœurs Brontë, le sulfureux Jean Genet et bien d'autres défilent sous l'œil implacable d'Elizabeth, cependant que le monde empesé et so british de Buckingham Palace s'inquiète : du valet de chambre au prince Philip, d'aucuns grincent des dents tandis que la royale passion littéraire met sens dessus dessous l'implacable protocole de la maison Windsor. C'est en maître de l'humour décalé qu'Alain Bennett a concocté cette joyeuse farce qui, par-delà la drôlerie, est aussi une belle réflexion sur le pouvoir subversif de la lecture.

 

Mon avis :  Voilà un petit livre bien sympathique. Vite lu certes, mais très original.
L'idée de départ est très alléchante, bien construite. J'adore la reine "liseuse", je me retrouve dans beaucoup de ses phrases comme celle ci par exemple
" Elle découvrait également que chaque livre l'entraînait vers d'autres livres, que les portes ne cessaient de s'ouvrir, quels que soient les chemins empruntés, et que les journées n'étaient pas assez longues pour lire autant qu'elle l'aurait voulu. (p.33) "
On a bien envie de partager nos lectures avec elle. D'ailleurs je la pleins un peu d'être entourée d'hommes "politiques" si incultes (et apparemment ça va crescendo quand on avance dans le temps...). Cependant, j'aime bien le personnage de Norman, que je trouve attendrissant tant dans ses paroles simples que dans la vision qu'il a de la reine.
Ce livre est assez marrant, j'ai rigolé a de nombreuses reprises, En plus il est bien écrit. Et parfois assez loufoque. La fin est certes déroutante, mais en y réfléchissant bien, j'en vois pas de meilleure !
Allez boudez pas votre plaisir et venez partager un moment littéraire avec la reine !

livre_ouvert8

04t069xh

Photo : Livre La Reine des lectrices d' Alan Bennett

Didy