Critique_livre

« Elle pouvait sentir l’odeur de chair brûlée et l’odeur plus âcre du plastique et de la garniture de siège qui se carbonisaient »

millenium2L'histoire :  Tandis que Lisbeth Salander coule des journées supposées tranquilles aux Caraïbes, Mikael Blomkvist, réhabilité, victorieux, est prêt à lancer un numéro spécial de Millénium sur un thème brûlant pour des gens haut placés : une sombre histoire de prostituées exportées des pays de l'Est.
Mikael aimerait surtout revoir Lisbeth. Il la retrouve sur son chemin, mais pas vraiment comme prévu : un soir, dans une rue de Stockholm, il la voit échapper de peu à une agression manifestement très planifiée. Enquêter sur des sujets qui fâchent mafieux et politiciens n'est pas ce qu'on souhaite à de jeunes journalistes amoureux de la vie. Deux meurtres se succèdent, les victimes enquêtaient pour Millénium.
Pire que tout, la police et les médias vont bientôt traquer Lisbeth, coupable toute désignée et qu'on a vite fait de qualifier de tueuse en série au passé psychologique lourdement chargé. Mais qui était cette gamine attachée sur un lit, exposée aux caprices d'un maniaque et qui survivait en rêvant d'un bidon d'essence et d'une allumette ? S'agissait-il d'une des filles des pays de l'Est, y a-t-il une hypothèse plus compliquée encore ? C'est dans cet univers à cent à l'heure que nous embarque Stieg Larsson qui signe avec ce deuxième volume de la trilogie Millénium un thriller au rythme affolant.

Mon avis : Je dirais bilan plus mitigé pour ce bouquin que son prédécesseur (critique ici). Les héros sont toujours aussi charismatiques, si le premier volet était centré sur Mikael, le deuxième lui est résolument tourné vers Lisbeth. On apprend beaucoup sur ce personnage, ce qui est très intéressent.
Par contre j’avoue que je suis plus vite rentrée dans l’histoire du premier tome que du second. Je sais pas pourtant le sujet du commerce du sexe paraissait intéressent, mais j’ai moins vite accroché. L’autre tome avec son affaire de famille était sûrement plus à mon goût. Cependant une fois qu’on est bien dedans, il est dur de s’en dépêtrer. Stieg Larsson, continue à bien détaillé son sujet, comme le premier celui ci aurait pu être raccourci sans soucis.
La différence qu’il y a aussi entre les 2 opus, c’est la fin… Dans le premier tome on fini avec une vraie fin… Là on se doute que le 3ème sera le début de la fin du second, dans le monde des séries TV on appelle ça un Cliffender !
L’écriture de Stieg Larsson est toujours efficace, même si parfois un peu répétitive... c'est fou le nombre de fois où ils mangent une tartine ou boivent un café.
Malgré ces quelques points négatifs, ce livre se lit quand même très bien !

livre_ouvert8

04t069xh

Photo : Livre La fille qui revait d'un bidon d'essence et d'une allumette de Stieg Larsson
Didy